Développement : Comment passer du développement personnel au développement impersonnel/universel ?

28 janvier 2019 | Réflexions

Tout en étant convaincu de l’importance de favoriser le développement de chaque personne au travail, on peut légitimement se demander si certaines pratiques actuelles du Développement Personnel (DP) y contribuent réellement. En effet, comme l’explique le philosophe Mathias Roux dans «La dictature de l’ego», la recherche du «Moi profond» qui est au cœur de nombreuses démarches de DP, loin de nous «libérer», peut, dans certains cas, renforcer nos dépendances, voire en créer de nouvelles. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce «Moi profond» n’existe pas : contrairement à ce que certains chantres du DP voudraient nous faire croire, nous ne coïncidons jamais tout à fait avec l’idée que nous nous faisons de nous-mêmes ou avec ce que nous aspirons à devenir. Comme l’a si bien exprimé Montaigne dans ses Essais, «l’homme, en tout et partout, n’est que rapiéçage et bariolage.» Le Moi n’est donc pas fixe ; il est mouvant et évolue en permanence au fil de nos actions.

Roux plaide dès lors de façon provocative pour une développement «impersonnel», dont le but serait moins de trouver et d’aimer notre Moi profond et unique mais plutôt d’accéder, au travers d’une double ascèse, à ce qu’il y a de plus impersonnel, c’est-à-dire universel, en nous : la connaissance, l’amour, la mémoire, l’expérience de la beauté, la vertu, etc. Nous serions ainsi plus fidèles à l’esprit du «Connais-toi toi-même» de Socrate, qui n’a rien à voir avec l’introspection fondamentalement narcissique prônée par certains gourous du DP. Selon Roux, Socrate voulait plutôt dire : «Connais ta nature, connais-toi non pas en tant que toi, l’unique, le singulier, mais en tant qu’être humain ; connais ta nature d’être humain afin de te hisser à la hauteur de ton humanité.» Dans la mesure où l’une des conditions indispensables de la mise en place réussie d’une gouvernance collaborative est un changement de posture des (top) managers, se libérant autant que possible de leur ego comme l’explique Isaac Getz dans son nouveau livre, la mise au point par Roux quant à ce que devraient être les objectifs du DP, me paraît salutaire.

Laurent Ledoux
Laurent Ledoux possède une expérience variée tant dans le secteur privé que dans le secteur public et s’est spécialisé dans la restructuration et la modernisation des unités d’affaires et des administrations.. Il est fondateur, associé et Président du Conseil d’Administration de Phusis.

Logo Phusis

Inscrivez-vous à notre newsletter

Rejoignez-nous et recevez directement dans votre boîte mail les dernières nouvelles à propos de Phusis, la transformation authentique et la gestion collaborative.

Vous êtes inscrits !

Pin It on Pinterest